• Hello tout le monde !

    Voici un article sur Genshiken histoire d'alimenter ce site qui commence à moisir un peu. J'ai lu les 9 tomes et matté les deux saisons et en temps d'école ! ... Je sais je suis un gros branleur :D Bref ! J'ai vraiment adoré cette série, probablement l'un de mes mangas préférés. La pertinence des thèmes abordés, le développement de l'intrigue, la complexité des personnages, tout y est. Au premier coup d'oeil sur le synopsis pourtant, cet  anime ne paye pas de mine. Pour êtrer franc, la première fois que je l'ai lu j'étais comme : "Tss, encore un anime sur 2 ou 3 mecs qui glandent à longueur de journée dans un club à enchaîner des blagues pourries".  Mais en fait, j'ai vite dérapé quand j'ai lu le premier tome.

    Allons y pour une post-introduction !

    Tout d'abord, il faut savoir que Genshiken est un manga de type Seinen de genre comédie/tranche de vie  imaginé et dessiné par Kio Shimoku. L'oeuvre la plus connue de ce Mangaka est bien celle dont je suis en train de parler. Cette dernière a été publié pour la première fois en 2002 dans le magazine Afternoon. Il a été adapté en anime deux ans plus tard par Takahashi Ikehata chez les studios Genco, l'un des plus fameux et qui ont notamment crée les adaptations en anime d' Elfen Lied, Ikki Tousen ou encore de Zero no Tsukaima. L'adaptation s'est fait en deux saisons anormalement espacés, la première en 2004 et la deuxième en 2007.

    Passons à présent au synopsis : Sasahara Kanji est un jeune étudiant  timide qui vient d'intégrer l'université de Seikyou. Sasahara n'assume pas réellement ses goûts pour l'animation et les doujinshis (ou par extension fanzine) qui sont des oeuvres crées par des amateurs rendant hommage à des séries connus via des parodies à caractère érotique. Jusqu'au jour où il décidé d'intégrer le Club d'étude de la culture visuelle moderne (ou Genshiken). Entouré d'otakus pures et dures ayant les mêmes intérêts et goûts que lui, Sasahara prendra de plus en plus d'assurance au milieu de cette foule de personnages sympathiques.

    Comme vous pouvez le voir, c'est un synopsis classique, mais la tournure que prend l'intrigue est très souvent marrante d'autant plus que le jeux des relations entre les personnages est réellement intéressant. Tout d'abord présentons les plus prépondérant par ordre d'importance :

    Sasahara Kanji : Il est le petit nouveau du club lorsque le Manga débute, il deviendra président du Genshiken plus tard, c'est une jeune étudiant craintif et timide qui est un grand fan (comme tout les autres) de la série Kujibiki Unbalance (je reparlerais de cette série fictive par la suite). Même s'il est difficile de le constater dans la première saison, il est clairement, dans la deuxième, le personnage principal. Dans l'animé Sasahara est doublé par Takanori Ooyama.

    Saki Kasukabe : Hmmm... Maintenant que j'y réfléchis, il est vrai que Saki pourrait mériter le titre de personnage principal dans la première saison, mais bon... Considérez que Saki et Sasahara sont les deux personnages principaux de cette série. Alors... C'est une jeune étudiante qui n'est pas du tout otaku et compte bien ne jamais le devenir. Plus encore, elle les déteste plus que tout au monde. Tous ? Non. Elle est folle amoureuse d'un de ces "rebus de l'humanité" comme elle le dit si bien.  C'est pourquoi elle est constamment présente au local du club.  Saki illuste bien que l'adage "les amis de mes amis sont mes amis" est complètement faux. Dans l'animé, Saki est doublé par Satsuki Yukino.

    Harunobu Madarame : Non, ce n'est pas l'élu du coeur de Saki, bien au contraire. Madarame est l'exemple type de l'Otaku.  Il concentre à lui seul tout les stéréotypes les concernant. Pâle, pas de copine, lunettes rondes faisant la moitié de son visage, style vestimentaire douteux, marié à sa main droite, vraiment toutes les caractéristique. Pourtant, Madarame est peut être l'une personnalités les plus complexes de la série.  Il fut le deuxième président du club, juste avant Sasahara qu'il a lui-même désigné. Il est doublé dans l'animé par Nobuyuki Hiyama.

    Tout sur Genshiken, le chef d'oeuvre Kio Shimoku

    Makoto Kosaka : Certains s'indigneront peut-être du fait que je classe Kosaka comme 4ème personnage le plus important mais je pense avoir raison quand je dis qu'il est la pierre angulaire du Manga. Je développerai celà plutard lorsque je parlerais des relations entre les personnages.  Kosaka a une personnalité très difficile à cerner, il est constamment souriant et la seule fois où il n'avait pas ce sourire rayonnant sur sa figure c'était durant un court passage dans l'opening et durant le deuxième épisode de la saison 2 de l'anime. Il est le petit ami de Saki ce qui pose une problématique qui revient constamment dans le Manga : Est-ce que Kosaka est bel et bien un otaku ? Les avis sont partagés : Il est excellent aux jeux vidéos, jouent à des eroge et lu un nombre incalculable de fanzine (1 point pour l'aspect otaku), il a une copine avec qui il couche (1 point pour l'aspect non-otaku), il travaille chez un éditeur de jeux érotiques (2 points pour l'aspect otaku), il a une excellent forme physique (2 points pour l'aspect non-otaku). Résultat du match : 2-2. En tout cas, Kosaka reste un grand mystère et il est souvent comparé par ses camarades à une sorte d'extraterrestre. Il est doublé dans l'animé par Mitsuki Saiga.

    Chika Ogiué :  Jeune provinciale qui vient d'arriver à Tokyo, Ogiué est l'archétype même de la tsundere. Sevère au début, tendre à la fin. Ogiué est sans doute le deuxième ou troisième personnage le plus important de l'anime (j'expliquerai celà par la suite). Elle prétend détester les otakus mais a souvent tendance à oublier qu'elle en est une. Elle prétend trouver les fanzines dégoutant alors qu'elle en dessine. Ogiué a un caractère ambigue et difficile à cerner et il nous était difficile de comprendre pourquoi elle a un tel comportement jusqu'à ce que tout nous soit expliqué au début du tome 8 du manga. Elle est doublé dans l'anime par Kaori Mizuhashi.

    Kanako Ohno :  La championne poids lourd de Cosplay. Pourquoi je dis poids lourd ? Il n'y a qu'à voir sa poitrine. Bonnet E grand minimum.  Elle a longtemps vécu aux USA et est de nature timide mais sa timidité disparait subitement lorsqu'elle s'adonne au Cosplay (costumes de personnages d'animés) cousus par Soichiro Tanaka, un autre membre du Genshiken. Dans le premier tome, on apprend, que c'est une fétichiste des hommes chauves et baraqués car oui, Ohno est une grande amatrice de Yaoi. Il y a un autre moyen de dissiper la timidité d'Ohno, c'est l'alcool. Cette faiblesse a d'ailleurs conduits à plusieurs passages extrêmement drôle dans la série. Elle est doublé dans l'animé par Ayako Kawasumi.

    Soichiro Tanaka : Comme je l'ai dit précédemment, c'est un couturier. Il affectionne particulièrement la construction de figurines, de cosplays et autres trucs dans le genre. Tanaka est quelqu'un de calme et posé qui a, dans une moindre mesure que Kosaka, pratiquement toujours un sourire au visage. Nous savons qu'il est l'un des plus âgé du club avec Haraguchi et est un personnage très sympathique. Hmm... Voilà. Ca fait pas beaucoup de mots mais il semble que le caractère de Tanaka ne soit pas très recherché. C'est un personnage assez classique sans spécifité particulière à part celles sus-mentionné. Il joue néanmoins un rôle clé dans les relations entre membres du Genshiken.

    Depuis tout à l'heure je vous dit des trucs comme "j'en parlerai tout à l'heure", "j'y reviendrai par la suite", rassurez-vous, c'était pas une feinte. Avant d'aborder les relations entre les personnages, il faut que vous sachiez qu'il existe nombre d'autre caractères plus ou moins important notamment Kuchiki, l'otaku hyperactif et détesté de tous à cause de sa grande bêtise, Kugayama, le dessinateur du club, Haraguchi, un membre passif du Genshiken qui passe son temps à les dénigrer et à faire la promotion du club Manga ou encore Sasahara Keiko, la petite soeur de Kanji.

    Les relations entre les personnages dans Genshiken sont assez complexes et difficiles à appréhender. Si la relation amoureuse entre Kosaka et Saki est bien claire et définie, elle bien la seule. En effet, toutes les autres relations sentimentales sont sous-entendus ou, le cas échéant, univoque. Prenons l'exemple de la relation entre Tanaka et Ohno, dans un épisode de la première saison qui se déroule à la plage, on voit que Tanaka construit un château de sable avec Ohno, jusque là rien de bien extraordinaire, mais les expressions de visages (Ohno qui rougit) montre une certaine attirance l'un envers l'autre. Celà est confirmé par les remarques des autres membres du club : "ne les dérangeons pas, ils ont l'air de tellement bien s'amuser". Cette complicité était pourtant rare avant la journée à la plage puisqu'Ohno et Tanaka n'entretenait qu'une relation purement professionelle (en rapport avec le Cosplay), elle a donc agi comme une sorte de révélateur. Passons à présent à une autre relation ambigue néanmoins classique, le couple mec normal/tsundere. Je parle bien du couple Sasahara/Ogiué. Cette fois-ci c'est le voyage à Karuizawa qui a duré 3 jours qui a joué un rôle déterminant dans le développement de la relation amoureuse entre ces deux protagonistes. Saki et Ohno ont fait tout leur possible pour leur permettre de s'avouer mutuellement leur amour, mais rien ne se passe comme prévu. Sasahara se lance et déclare sa flamme mais Ogiué ne le fait pas ou, du moins, attendra leur retour  Tokyo (caractère Tsundere oblige!). Leur relation avance à petit pas mais connait de nombreux obstacles : Ogiué qui est traumatisé par son expérience au lycée, Sasahara qui manque d'initiative et les autres membres qui n'arrêtent pas de jeter de l'huile sur le feu. Je passe donc à une autre relation, sans doute la plus complexe à définir et c'est celle qui lit Madarame à Saki. Madarame est un otaku pure souche, il est à fond dans les filles en 2D. Mais bizzarement, bizzarement pour lui aussi d'ailleurs, son coeur bat plus fort à certain moment près de Saki notamment lorsqu'il se trouva dans un épisode près d'elle toute l'après midi avec personne d'autre dans le local et qu'il se demandait pourquoi il se sentait si mal à l'aise, ou alors la seule fois où Saki fit un Cosplay de la présidente de la série fictive Kujibiki Unbalance. On constate aussi qu'il évite de la blesser, notamment dans l'épisode où Saki se met à pleurer car elle a causé la fermeture du club pendant 1 mois, Madarame sort des méchancetés à chaque fois qu'il ouvre la bouche, mais il regrette aussitôt après et se sent même coupable des larmes que verse Saki qui ne ressent, quant à elle, aucun, mais alors là AUCUN, sentiment envers Madarame. C'est dire si cette relation est à sens unique.

     

    Passons à présent à une présentation brève et rapide de la série fictive Kujibiki Unbalance. Tout d'abord, il faut savoir que lorsque le manga débute, la série Kujibiki n'existe que dans ce dernier, on a donc une série au sein d'une série. C'est une véritable mise en abîme. Cette série serait très populaire dans le monde de Genshiken comme le montre le grand nombre de fanzine en relation avec la série ou les rassemblement de Cosplay qui concerne pour la plupart des personnages de Kujibiki ou même le grand intérêt que porte les membres du club à cet animé. Je ne développe pas plus là dessus car je n'ai pas vu les 3 OAV car, oui, après Genshiken, une série de 3 OAV de Kujibiki Unbalance a réellement été crée en guise de complètement, et de plus, je ne pense pas que celà soit nécessaire à la compréhension de l'intrigue.

     

    Passons à présent à la qualité de l'oeuvre original : le manga. Eh bien écoutez, je l'ai sous les yeux au moment où j'écris cet article et je peux vous dire qu'il est magnifique, les pages ne sont pas surchargé, c'est une ambiance un peu light, un peu soft, où il y a plus de vide que d'encre, où on laisse pleinement la place aux visages, aux expressions et aux regards. C'est vraiment agréable à lire, les pages se tournent toute seule, c'est vous dire si c'est captivant. On sent vraiment un grand savoir faire car malgré les relations qui s'entre-mêlent, il n'y a jamais de dérapage, ca tient toujours debout. Juste un seule que j'ai pas trop aimé c'est la ressemblance entre certains personnage par exemple, tu prends Sasahara, tu lui rajoute un pinceau sur la tête et deux citrons dans la poitrine et tu obtient Ogiué, tu prends Ogiué tu lui mets des cheveux longs et tu remplaces les deux citrons par deux pastèque et tu obtiens Ohno ! Je ne sais pas si c'est volontaire mais, et ca ne regarde que moi, je préfère quand les chara-design sont variés. Voilà, seul point négatif, à part ça, tout le reste est niquel.

     

    Maintenant, c'est au tour, de l'adaptation en animé. Et là ben surprise, si dans le manga, les cheveux de Sasahara et Ogiué sont tout les deux noir ébène, dans l'anime, le premier a des cheveux plutôt marrons assez claire, ce qui contraste avec les cheveux légérement gris foncé de Ogiué et avec les cheveux ébène d'Ohno, de ce côté là, le seul problème que j'ai noté dans le Manga été résolu. Mais j'ai constaté dans l'anime quelques imperfections, notamment au niveau du son. A part le premier opening qui est très sympa, les OST sont plutôt nazes et il n'y en a aucune qui m'a réellement plu. C'est pourtant important dans un anime tranche de vie de rajouter de bonnes OST pour donner de la profondeur à l'intrigue mais là non, côté son j'ai même été plutôt déçue. Pour ce qui est des doublures, alors là, rien à dire, pile les voix qu'il faut, vraiment parfait, par contre les voix françaises... On va dire que c'est comme d'habitude hein :D ! Autre point très postif dans l'anime c'est la qualité des graphismes avant gardistes dans les deux saisons, surtout pour la première qui a une qualité graphiqe tout à fait exceptionnel pour l'époque. Néanmoins, je n'ai pas aimé comment certains passages drôles dans le manga qui correspondent à la saison 2 ont été carrément supprimé dans l'adaptation. Plusieurs passages très marrants on été baclé ou deleté. Je pense que 2 saisons n'était pas suffisant, ils auraient peut-être dû l'étaler sur 3. En tout cas, celà est la principale cause de ma préférence notable de l'oeuvre originale par rapport à l'adaptation en animé.

    Voilà ! :) Cet article a sans douté été le plus long de ce blog (et probablement même le plus long que j'ai jamais écris). J'ai pris beaucoup de plaisir à vous dire ce que je sais de ce vértiable chef d'oeuvre. Et j'espère qu'il vous donné envie de lire le manga ou regarder l'animé et que ces derniers, peut-être, réveilleront l'otaku qui someille en vous !

    Sayonara !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique